English Version


Accueil

Le fichier des juifs
de Lacaune


Présentation de
l'association


Contact

Données historiques

Publications

Evenements de mémoire dans la région

Liens

Témoignages

Amis disparus

Photos



Association
Amitiés judéo-lacaunaises


L’association souhaite maintenir et développer les relations entre les survivants et les familles des juifs assignés à résidence à Lacaune pendant la Seconde Guerre mondiale et la population lacaunaise ; assurer un devoir de mémoire concernant cette période et, pour ce faire, œuvrer au développement de travaux de recherches consacrés à celle-ci ainsi qu’à leur diffusion.


Journée du livre - Dimanche 22 mai









Aide et sauvetage des Juifs en France : problématiques et polémiques – Intervenant : Pierre-Jérôme Biscarat

Médiathèque Pierre Amalric – Albi – Mercredi 8 juin 2016 - 18h 19h








Vient de paraître - DES ÉLÈVES FACE À DES TÉMOINS DE LA SHOAH
Ils ne savaient pas

Eliane Fijalkow et Jacques Fijalkow









Un film sur la libération de Castres
Le magazine Marianne vient de sortir en kiosque un DVD sur le rôle des résistants juifs dans la libération de Castres avec des témoignages inédits
en complément d'un hors-série intitulé «Les résistances juives durant la Seconde Guerre mondiale», en partenariat avec le Mémorial de la Shoah.




ACTIVITES ASSOCIATIVES
Rapport 2015




Les juifs de Lacaune (Tarn) dans l'après-guerre

Difficultés quotidiennes, réinsertion et aide du COJASOR (1944-1949) de Sandra Marc
Editeur : L'Harmattan
Parution : 1 Mars 2014







Après la Seconde Guerre mondiale, comment les Juifs de France ont-ils retrouvé leur place dans la société ? Quels obstacles ont-ils dû franchir ? Leur est-on venu en aide ? C'est à travers le cadre microhistorique de la ville de Lacaune (Tarn), doublement liée à l'histoire des Juifs de France dans la guerre et l'après-guerre, que Sandra Marc tente de porter un éclairage nouveau sur ces questions encore peu étudiées.

Lacaune fut en effet désignée par les autorités vichystes comme centre d'assignation à résidence régional. Puis, après la Libération, son plus grand hôtel fut loué par une association caritative juive, le Comité Juif d'Action Sociale (COJASOR), pour y héberger des vieillards chassés d'Allemagne au début de la guerre et rescapés des camps d'internement français. Les destinées des anciens assignés et des pensionnaires du COJASOR se croisent : certains tentent de reconstruire leurs existences, d'autres n'aspirent plus qu'à un peu de quiétude, mais tous auront encore à lutter pour parvenir à leur but… Cet ouvrage démontre en effet que la fin de la guerre ne marque pas la fin des difficultés pour les Juifs de France.






Conférence de Léa Markscheid
Le 29 mai à 20 h 30 à la bibliothèque municipale de Castres (entrée gratuite) :
Conférence de Léa Markscheid sur le thème :
Lacaune, ville d’assignation pour les Juifs pendant la seconde guerre mondiale. Des Justes sauvent des Juifs.




Moissac, ville de Justes oubliée
Le dossier de presse


Moissac, ville de Justes oubliée
Deux journées de rencontres et de débats auront lieu les 27 et 28 avril 2013 autour du thème : Moissac, ville de justes oubliée.


Les élèves face à la Shoah. Lieux, histoire, voyages.

Sous la direction de Jacques et Ygal Fijalkow
Albi : Presses du Centre Universitaire Champollion, 2013









Enseigner la Shoah n’est pas chose facile. Tous les enseignants le savent. Dans le souci de développer des formes nouvelles d’enseignement, certains ont trouvé une solution : sortir de la classe et aller avec leurs élèves sur des lieux de mémoire. Cette façon de faire, dans un contexte de développement des voyages en général, est en plein développement. Du côté des pouvoirs publics, la formule a plu et les soutiens arrivent de sorte que le nombre de voyages augmente d’année en année. Le succès aidant, un débat est né : qu’apportent véritablement ces voyages de mémoire aux élèves qui y participent ?



Les conférences du Sixième colloque de Lacaune (17-18 septembre 2011) Les voyages de mémoire de la Shoah sont disponibles en ligne sur le site AKADEM
http://www.akadem.org/sommaire/colloques/les-voyages-de-memoire-de-la-shoah/
voir rubrique Liens


Désobéir pour sauver - Hommage aux Justes

dans la Shoah. Persécution, entre aide : les Justes
Revue du Tarn - 225 - Printemps 2012.







Numéro coordonné par Jacques Fijalkow
Revue du Tarn
Archives Départementales, 1 avenue de la Verrerie, 81013 ALBI Cédex 9
Une exposition, une table ronde à l’Université J.F. Champollion d’Albi que prolonge le numéro de printemps de la revue.
Florence Lunardi et Olivier Coupaye présentent l’exposition. Jacques Fijalkow fait le point des recherches sur le Tarn et la Shoah. L’historien Philippe Vuilleumier retrace le contexte.
Les témoins : Henri Steiner, déporté, Albert Seifer, ancien enfant caché, des religieux( Mme Bergon, sœur, le père Mathieu pour la solidarité des catholiques), le fils du gendarme résistant Farssac, et les chercheurs (les sociologues Alain Pinel, Ygal Fijalkow, Christophe Jaulin) sur la mémoire de la Shoah (transmission et représentations) confrontent leurs points de vue. Marylise Folch, professeur d’histoire, rappelle le rôle essentiel du Concours scolaire sur la Résistance et la Déportation, qu’elle anime avec succès dans le Tarn. Un numéro qui conjugue histoire et mémoire qui ne peuvent qu’être liées pour résister à l’amnésie et au révisionnisme.

http://fsit.tarn.fr/index.php?id=2125


Histoire régionale de la Shoah en France
sous la direction de Patrick Cabanel et Jacques Fijalkow
Paris : Editions de Paris Marx Chaleil, 2011.

Les actes du cinquième colloque de Lacaune.







L'histoire de la Shoah en France est de mieux en mieux connue dans ses traits généraux. Mais il reste bien des zones d'ombre, qu'il s'agisse des assignations à résidence, des rafles et déportations dans les villes moyennes ou petites, du sauvetage sur le terrain. Le recours aux archives départementales, voire aux enquêtes orales, s'impose dès lors que l'on entend toucher au grain de l'histoire. C'est ce que propose, pour la première fois, cet ouvrage issu du cinquième colloque de Lacaune (Tarn), en 2009 : écrire une histoire régionale de la Shoah, dans les zones occupée et non occupée. Après une série d'éclairages généraux, les contributions permettent de parcourir successivement le Midi provençal et languedocien, le Sud-Ouest, le Massif central, l'Ouest (de l'Anjou à la Normandie), le Centre, les Alpes et l'Alsace. La diversité des sources et des approches, la variété des destins départementaux ou régionaux, la qualité des auteurs (Serge Klarsfeld, Jacques Sémelin, Renée Dray-Bensoussan, Martin de la Soudière...), font de ce livre un complément indispensable à la connaissance de la Shoah en France.

Patrick Cabanel est professeur d'histoire contemporaine à l'université de Toulouse-Le Mirail. Il dirige la revue semestrielle Diasporas. Histoire et sociétés. Il a publié, entre autres, Juifs et protestants en France, les affinités sélectives XVIe-XXIe siècles (2004), Chère Mademoiselle... Alice Ferrières et les enfants de Murat, 1941-1944 (2010). Jacques Fijalkow est professeur émérite de psychologie à l'université de Toulouse-Le Mirail. ll préside l'Association des amitiés judéo-lacaunaises et a dirigé les actes des quatre premiers colloques co-organisés par cette association. Il a publié Vichy, les Juifs et les Justes (2003), Les femmes dans les années quarante - juives et non-juives, souffrances et résistance (2005), Les enfants de la Shoah (2007), Transmettre la Shoah (2009).





Affiche du sixième colloque de Lacaune
Les voyages de mémoire de la Shoah


LES VOYAGES DE MEMOIRE DE LA SHOAH
Le programme du Sixième colloque de Lacaune, 17-18 septembre 2011


Fichier des Juifs de Lacaune
Ensemble des informations recueillies concernant les Juifs assignés à résidence à Lacaune et ceux venus après la Guerre (listes et informations établies par Jean-Pierre et Evelyne Aubanton, revues et complétées par Sandra Marc). Ce fichier comporte 754 noms.
Si vous n'arrivez pas à l'ouvrir, enregistrez-le sur votre disque dur auparavant, en cliquant sur le lien ci-dessus avec le bouton droit, puis en sélectionnant "enregistrer sous".


Incident sur le site
Suite à un incident d'origine inconnue de nombreux fichiers ont disparu de notre site. Veuillez nous excuser si vous ne parvenez pas à atteindre tous les fichiers indiqués. Nous sommes en train de restaurer ces fichiers. Ce message sera effacé quand ce travail de restauration sera terminé.


Les Juifs de Lacaune-Les-Bains (Tarn) dans l’après-guerre : difficultés quotidiennes, réinsertion et aide du COJASOR (1944 – 1949)



Mémoire de master II d’histoire (recherche – 2 volumes) soutenu en septembre 2010 par Sandra Marc – Université de Toulouse II – Le Mirail – U.F.R d’histoire, art et archéologie


La mémoire juive – Les anciens
Sous la direction de Jacques Fijalkow
Centre de recherches du patrimoine de Rieumontagne
Association de sauvegarde du patrimoine des monts de Lacaune

Au cours de la Deuxième Guerre mondiale, de 1942 jusqu’après la Libération, Lacaune a été Centre d’assignation à résidence d’une important population juive : plus de 750 personnes originaires de divers pays européens. Les rafles qui ont eu lieu en 1942 et 1943 ont conduit respectivement 91 et 29 d’entre elles vers les camps de la mort. Si d’autres ont réussi à fuir, la plupart sont demeurées sur place.
Ces évènements sont mal connus, y compris de ceux qui habitent là même où ils ont eu lieu. C’est pour leur apporter une information à ce sujet que cet ouvrage a été conçu.
Dans un premier temps, Sandra Marc, avec l’objectivité de l’historien, présente le cadrage local nécessaire à une compréhension d’ensemble. Dans un second temps, la parole est donnée aux survivants. Bien que la plupart des Juifs assignés à résidence à Lacaune soient aujourd’hui disparus, plusieurs d’entre eux ont néanmoins pu être retrouvés. Nous présentons dans ce numéro les témoignages de ceux d’entre eux qui étaient alors adultes ou adolescents. Les textes présentés ici ont été rédigés, en toute simplicité, à l’intention des habitants de la Montagne. Pour compléter le tout, on trouvera aussi un texte d’une lacaunaise évoquant des souvenirs d’enfance relatifs à cette période.



CRPR - Ferme de Rieumontagné
81320 Nages
Tél: 05.63.37.12.29
Site : http://rieumontagne.free.fr/index.php
Prix : 13 euros




Les conférences du 5e Colloque de Lacaune LA SHOAH DANS LES DEPARTEMENTS FRANÇAIS Déportation, sauvetage, survie sont en ligne sur le site Akadem


Durant des dizaines d'heures, les caméras d'Akadem ont fixé ces travaux pour la postérité. Nous mettons ces enregistrements à disposition sur son site : http://www.akadem.org/index.php qui propose six vidéos reprenant les divers exposés dans leur ordre thématique (pour plus d’information et pour accèder aux vidéos aller à la rubrique liens)



Bilan du cinquième colloque de Lacaune
Le colloque de Lacaune a tenu ses promesses puisqu’il a permis d’entendre les 12-13 septembre 2009 la quasi-totalité des 22 communications annoncées sur « La Shoah dans les départements français ». Un public plus nombreux encore que lors des colloques précédents a suivi avec attention et respect les présentations successives qui, à raison d’une demi-heure par intervenant, ont permis de faire ce tour de France de la souffrance et donc de comparer la Shoah d’un département à l’autre. On a compté jusqu’à 170 personnes dans la salle pour certaines séances, le minimum ayant été de 70 participants en fin de colloque.

La présentation qui a été faite le samedi en fin de matinée du livre de Léa Markscheid publié par la CRPR a été un moment fort de cette rencontre, avec les interventions successives de Jacques Fijalkow (Président de l’association des Amitiés judéo-lacaunaises), de Robert Pistre (Président du CRPR), d’André Cabrol (maire de Lacaune) et la réponse de l’auteur elle-même, venue spécialement d’Israël avec son mari pour cette rencontre.

Le samedi soir, le groupe Klezmaz a présenté, pour le plus grand plaisir de la centaine de personnes présentes, un concert de musique Klezmer, une musique traditionnelle juive d’Europe centrale et orientale.

L’ouvrage qui va être publié d’ici un an environ et qui constituera les actes du colloque, portera sur environ 30 départements, puisque certaines communications faites lors du 4ème colloque y trouveront place et que d’autres présentations qui n’ont pu être faites oralement lors de ce 5ème colloque le seront par écrit. Ce sera une somme sur la question (environ 450 pages). Elle permettra de savoir, pour chacun des départements étudiés quel est l’état des connaissances et donc ce qui reste à faire (la demande en a été faite expressément aux auteurs), et constituera aussi une base pour les autres départements que, faute de temps ou d’informations suffisantes, il n’a pas été possible de prendre en compte. La volonté des Amitiés judéo-lacaunaises est de faire de cet ouvrage un livre de référence pour les curieux et pour les chercheurs, une étape sur un chemin que d’autres poursuivront.




Le passé au présent un ouvrage de Léa Markscheid
Centre de recherches du patrimoine de Rieumontagne
Association de sauvegarde du patrimoine des monts de Lacaune

Léa Markscheid et sa famille furent assignés à résidence à Lacaune à partir de 1942. Son livre témoigne des persécutions endurées par une famille juive à cette époque et de l’attitude des Lacaunais face à cette situation.
A travers l’histoire d’une famille c’est un pan de l’histoire locale qui nous est révélé et qu’on ne peut ignorer.



Publication mise en vente au CRPR au prix de 20 euros (frais de port en sus).
Voir rubrique liens


Ouvrages issus des colloques de Lacaune
Les actes du quatrième colloque de Lacaune (2007): Fijalkow J.(sous la dir. de), (2009), Transmettre la Shoah, Paris, Éditions de Paris, (vient de paraître).




Ce livre aborde la Shoah sous l'angle de la transmission: de quelle façon peut-on faire connaître à une population et particulièrement aux jeunes - à un moment où les témoins peu à peu disparaissent - , l'entreprise d'extermination des Juifs d'Europe durant la Deuxième Guerre mondiale?
Il ne suffit pas d'opposer les victimes aux bourreaux, mail il faut insérer la Shoah dans l'histoire juive, dans celle du nazisme et aussi de l'Europe - car l'Allemagne a trouvé des collaborateurs zélés dans les pays qu'elle a occupés -, dans l'histoire universelle enfin ...
Une telle transmission passe par la famille (juive et non-juive), et désormais par l'école où la Shoah figure pleinement au programme d'histoire. Elle passe encore par les commémorations et les musées, ainsi que par les productions culturelles, tant au cinéma que dans la littérature et l'art, et enfin par le droit, trop rarement étudié sous cet angle. Deux pays sont ici au coeur des analyses: la France et Israël. la France du Vel-d'hiv ou du camp de Rivesaltes comme celle du Chambon-sur-Lignon. L'Israël du procès Eichmann comme de l'après Shoah de Lanzmann.
Il y a là une question cruciale pour nos sociétés, afin que travail d'histoire et devoir de mémoire conjuguent leurs effets. Et un enjeu fondamental pour l'Europe fraternelle dont nous rêvons, mais qui ne se construira que par l'analyse et la méditation d'une tragédie sans exemple dans l'histoire et qui n'a pas même rendu caduc un antisémitisme diffus mais toujours vivace, envers exact des valeurs qui sont au fondement de notre démocratie.
L'ouvrage rassemble les contributions de spécialistes reconnus : Dominique Borne, Patrick Cabanel, Benoît Falaize, Levana Frenk, Marcel Frydman, Nicole Lapierre, ... sous la direction de Jacques Fijalkow, professeur à l'Université de Toulouse-Le Mirail et président de l'association des amitiés judéo-lacaunaises.

Les actes du troisième colloque de Lacaune (2005): Fijalkow J. (sous la dir. de) (2006),Les enfants de la Shoah, Paris, Editions de Paris.




Premier travail d'ensemble sur la question des enfants juifs dans la France des années noires, ce livre étudie, au-delà des enfants proprement dits, les positions prises par diverses institutions, qu'il s'agisse de l'école sous Vichy ou des organismes créés par le régime, telles que FUGIF. Cet ouvrage s'attache également aux enfants rescapés des camps de déportation et aux orphelins pris en charge dans des cadres collectifs. Au-delà de ces cas particuliers, la question qui se pose dans toutes les familles juives est celle de la façon de vivre après avoir été ostracisé en tant que juif ou considéré comme tel. Contrairement à ce qu'on pourrait penser et en dépit des épreuves vécues, nombre d'enfants sont parvenus par la suite à atteindre un niveau d'études élevé et une position sociale valorisée. C'est là un paradoxe qui mérite d'être examiné. Un dernier trait frappant tient à la mémoire intergénérationnelle que l'on observe dans les familles juives, où les petits-enfants des enfants de la Shoah continuent à organiser leur vision du monde en fonction de la catastrophe des années 1940. La transmission de cette mémoire s'effectue dans le cadre familial, dans celui de l'école et par le témoignage des survivants des camps de la mort, enfin par la littérature de jeunesse. L'ouvrage propose un apport original à l'histoire de la Shoah et de sa mémoire, et plus largement à celle des traumatismes du XXe siècle et de la manière dont leurs victimes ont pu exprimer et transmettre une expérience trop souvent tue ou trop vite prétendue indicible.

Les actes du deuxième colloque de Lacaune (2003): Fijalkow J. (sous la dir. de) (2004), Les femmes à l’épreuve des années quarante ; juives et non-juives, souffrances et résistance, Paris, Editions de Paris.




Ce livre étudie la question des femmes en Europe durant la Seconde Guerre mondiale, en s'interrogeant d'abord sur leur place dans les régimes fascistes où elles étaient considérées comme citoyens de seconde zone.Il s'intéresse ensuite aux femmes de la France de Vichy, catégorie jugée apolitique récupérée par l'idéologie collaborationniste, à moins que, dans les maisons de prostitution, elles soient dévolues au repos du guerrier. Mais il insiste surtout sur le sort des femmes internées comme opposantes, antifascistes ou juives, et sur les formes de résistance qu'elles ont déployées. Car l'histoire, jusqu'ici, a privilégié leur participation aux actions politiques et militaires ou leur engagement dans des missions de repérage, renseignement, transport de tracts ou d'armes. Or, à côté de ces activités, bien d'autres se sont engagées dans l'entraide et le sauvetage en faveur de femmes et d'enfants juifs qu'elles ont protégés, cachés et éduqués. Des protestantes de la Cimade aux militantes politiques, des catholiques isolées aux Juives de l'armée secrète, ce livre donne la parole à toutes celles qui, figures exemplaires ou héroïnes ordinaires, reconnues plus tard parmi les Justes, s'engagèrent dans le combat pour la dignité et le refus de l'asservissement.

Les actes du premier colloque de Lacaune (2001): Fijalkow J. (sous la dir. de) (2003), Vichy, les Juifs et les Justes, Toulouse, Privat.




On a longtemps cru, au cours de la Seconde Guerre mondiale, que les relations entre juifs et non-juifs étaient marquées par la persécution des uns et l'indifférence des autres. Or des liens différents se sont tissés : des liens de solidarité et de résistance des uns et des autres, des uns pour les autres. Le cas du Tarn est de ce point de vue exemplaire. Cet ouvrage met en lumière la spécificité de ce département, apparaissant comme un microcosme, reflet de ce qui s'est passé dans tout le pays. Si on y trouve les camps de Brens et de Saint-Sulpice, on découvre aussi, à Vabre et dans la Montagne noire, ce que furent les hauts lieux de la résistance juive : de Lautrec, où les Eclaireurs israélites de France se préparaient à toutes les éventualités, à Lacaune, où de nombreuses familles juives étaient assignées à résidence, et jusqu'à Castres où le maquis juif a participé à la libération de la ville... La diversité des cas éclaire d'un jour nouveau la complexité des situations et des solidarités. Catholiques et protestants, chacun à sa façon, et, plus largement, ces hommes et ces femmes reconnus par la suite comme " Justes parmi les nations " agissent alors, aussi discrètement que courageusement, pour sauver tous ceux qui peuvent l'être, surtout les enfants...




Ouvrages en rapport avec l'activité de l'association
Le mémoire de Sandra Marc : Les Juifs de Lacaune sous Vichy (1942 - 1944), assignation à résidence et persécution




Cent dix-neuf victimes, des hommes, des femmes, des enfants, dont le seul crime était d’être Juifs dans la France de l’occupation ; c’est la le chiffre écrasant des personnes raflées à Lacaune les 26 août 1942 et 20 février 1943. Déportés ensuite vers les camps d’extermination nazis, aucun d’entre eux n’a survécu. Pourquoi Lacaune, petite bourgade de la montagne tarnaise, a-t-elle été désignée comme centre d’assignation à résidence par les hommes de Vichy ? Quel fut l’accueil que réservèrent les Lacaunais à ces Juifs étrangers ? Comment s’organisa le quotidien de ces derniers ? Face aux persécutions, qu’elles furent les réactions de la population locale et des juifs ?


Les Clés de l'actualité : la Shoah expliquée aux lycéens :




La Shoah, un hors-série des Clés de l'actualité à l'initiative de Patrick Cabanel et Jacques Fijalkow.
DE L’ANTISÉMITISME AU NAZISME Les Juifs dans l’Europe de l’entre-deux-guerres Une mosaïque de cultures De la citoyenneté à l’intégration parfaite Les haines des Juifs Une Europe rongée par l’antisémitisme Les ennemis séculaires des Juifs L’Allemagne nazie contre les Juifs Hitler s’empare des théories racistes Un pays entre modernité et archaïsme Quand l’antisémitisme impose sa loi La “Nuit de cristal”, carte blanche à la haine Les langues de l’innommable Vocabulaire spécial et langage codé L’antisémitisme au cœur de la propagande.
CRIMINELS, COMPLICES ET RÉSISTANCES Incitations et premières mesures De l’exil forcé aux ghettos Le difficile accueil des exilés La destruction des Juifs mise en œuvre Action T4 : tuer les “indésirables” La possible contestation citoyenne Le crime de masse validé La marche sanglante des tueurs du Reich Wannsee ou la planification du meurtre La Shoah Le meurtre à l’échelle industrielle Belzec, prototype des “camps de la mort” Europe des convois : les rails de l’enfer Aloïs Brunner, le “nettoyeur” impuni Auschwitz, la mort sans nom Les médecins, des collaborateurs zélés L’Europe nazie et ses complicités Des politiques à géométrie variable La politique ambiguë de l’Italie fasciste L’antisémitisme de la France de Vichy Vichy : une tragédie pour la France Vol légal des biens des Juifs et réparations France : la collaboration à la Shoah Les camps : réservoirs humains pour Auschwitz Drancy, “l’antichambre de la mort”` Le Vél d’Hiv, point d’orgue des rafles Août 1942 : sursaut de l’opinion publique Les nations face à la Shoah Les Alliés ont préféré gagner la guerre Les “neutres” : des réactions contrastées Les réactions publiques en Europe Quelques religieux élèvent la voix… … dans une indifférence quasi générale Les Justes parmi les nations Une lumière brille encore dans la nuit Deux villages au secours des Juifs La résistance juive Les Juifs debout face à l’abomination Résistance juive et Juifs résistants Les enfants dans la Shoah Rester bien caché pour survivre Comment se reconstruire malgré tout ?
LA SHOAH EN JUGEMENT L’Ouverture des camps Les Alliés face à l’inimaginable L’extermination sous le sceau du secret Le retour des déportés Indifférence à l’ouest, rejet à l’est L’épopée tragique de l’“Exodus 1947” Le bilan des victimes.
MÉMOIRES DE LA SHOAH Les procès des criminels nazis L’humanité réclame justice à Nuremberg Le procès d’un “criminel de bureau” Le crime contre l’Humanité Un droit universel pour punir les criminels L’émergence d’une justice internationale La question de la responsabilité Le temps des excuses et des réparations.
LA MÉMOIRE NÉCESSAIRE La mémoire de la Shoah après 1945 Les soubresauts du souvenir Serge Klarsfeld : “Redonner aux victimes une vie posthume” La difficulté de transmettre et d’enseigner la Shoah La Shoah à l’école, le défi du XXIe siècle Gérard Rabinovitch : “La Shoah est un champ d’enseignements” Dire la Shoah ? L’impensable en mots et en images Alec Borenstein : “Il est essentiel de donner à voir la Shoah” La singularité de la Shoah La haine des Juifs à son paroxysme Une rupture de civilisation qui alerte.
Chronologie Cartes et graphiques Ghettos, camps de concentration et centres d’extermination Auschwitz La spoliation des Juifs de France Les camps d’internement en France Les flux migratoires 1945-1950 Le bilan des victimes Ressources documentaires.